Se mettre bien en avion (1/2)

Se mettre bien en avion (1/2)

Se mettre bien en avion. Tâche de plus en plus ardue, à moins de voyager en classe affaire bien sûr. Entre la quantité de sièges éco qui augmente et la qualité des repas et boissons qui diminue, un vol long-courrier est de moins en moins souvent une expérience attendue avec impatience, mais plutôt une mauvaise pilule à avaler avant d’atteindre cette plage paradisiaque tant convoitée.

Fort de notre expérience de touriste souvent malmené et trop rarement upgradé, voici un petit guide pour se mettre bien en avion, dans la mesure du possible.

Avant le vol : Bien choisir sa place dans l’avion.

Nous allons différencier le choix de la place sur une rangée (type de siège) et la localisation de cette place dans l’avion (la place de la place si vous voulez).

  1. Couloir, fenêtre ou milieu :

Personnellement je prends toujours le couloir pour les vols courts. Cela permet d’étendre ses jambes complètement en empiétant sur le couloir et de sortir un poil plus vite de l’avion. Et sur un vol de 1h il est extrêmement rare que mon voisin se lève. Autre avantage : je peux, moi, aller aux toilettes sans déranger. A moins d’être sur un vol de jour vers une destination inconnue qui promet de belles vues par le hublot, le couloir aura toujours ma préférence.

A l’inverse, je prends systématiquement le hublot sur les vols long courrier, essentiellement pour les raisons suivantes :

–   Je n’ai jamais à me lever pour laisser mon voisin aller et venir aux toilettes. Aucun risque de se faire réveiller inopinément. J’ai pris cet engagement suite à un tragique Paris New York où les deux femmes assises à mes côtés ne se sont pas levées une, ni deux mais bien six fois pendant le vol. Soit une fois par heure.  De quoi dynamiter toute chance de sommeil récupérateur.

–    N’ayant par contre aucun scrupule à demander à mes voisins de se lever, l’inconvénient du hublot en termes de facilité d’accès aux toilettes n’entre pas en ligne de compte, en ce qui me concerne.

–   La vue offerte par le hublot constitue un petit plus. Ne serait-ce que pour casser la monotonie du voyage

Toujours sur long courrier, je privilégie le couloir à la place centrale pour avoir plus d’espace (coudes et jambes peuvent déborder sur le couloir).

Le seul cas où je peux considérer une place centrale sera dans la configuration trois sièges au centre de l’avion. Dans cette configuration, les personnes à ma gauche et ma droite peuvent se lever sans me déranger, ce qui garantit au moins la quiétude, à défaut d’avoir l’espace.

Selon votre taille et préférences personnelles, vous arriverez peut être à des conclusions différentes. Quoi qu’il en soit, abordons la partie plus technique, à savoir la localisation de votre siège dans l’avion.

Un vaste choix de gars valables
Un vaste choix de gars valables…

Sur les longs courriers, dans l’ordre je favorise une place :

1)      Au niveau des ailes, c’est là que l’avion est le plus stable, et par conséquence que les turbulences seront les moins ressenties. Un choix particulièrement intéressant pour les personnes ayant peur en avion.

2)      Devant les ailes : pas toujours possible (nécessite de voyager en premium ou en business dans de nombreux cas) mais plus stable qu’à l’arrière et offre cet avantage parfois non négligeable de sortir plus vite de l’avion. Dans certains pays et aéroports (pour commencer, tous les aéroports américains), le contrôle des passeports peut générer de longues files d’attentes. Sortir avant les deux cents passagers assis derrière vous peut facilement faire gagner une demi-heure.

3)      A l’arrière : plus vous serez prêt de la queue de l’avion et plus vous ressentirez les turbulences. A cela s’ajoute un bruit plus important et souvent un service de boisson/repas plus lent (tout dépend de la compagnie et de l’avion). Sans oublier le fait que vous sortirez dans les derniers de l’avion, ferez la queue aux douanes etc… l’arrière n’est acceptable que lorsque cela permet de sécuriser un hublot ou d’éviter une des situations suivantes :

–   Les places situées sur la première rangée de la cabine sont à éviter (surtout au milieu) : c’est là que se concentre les familles avec bébés (et les odeurs des toilettes, des cuisines et de couche-culottes. Un mix qui n’aide pas à se mettre bien !). Un bébé qui braille à travers votre casque Noise Cancelling à 300 euros à chaque fois que vous êtes sur le point de vous endormir risque fort de vous donner envie de piétiner votre billet d’avion, votre casque, voire le bébé en question.  Certaines compagnies facturent désormais un surplus pour ces places, un piège grotesque.

–  Les places collées aux toilettes. Si on rajoute le bruit et l’odeur au passage fréquent des passagers venus se soulager, ou simplement discuter, il y a de quoi devenir fou.

L’exception concerne les places devant les issues de secours qui sont des petits bijoux. Non seulement les bambins et autres personnes dépendantes n’y sont pas admises, mais surtout elles garantissent de pouvoir allonger complètement les jambes, un luxe pour toute personne de plus de 1m75. A tel point que les compagnies aériennes les surfactures souvent. Cf intro : il est de plus en plus difficile de se mettre bien en avion.

Vols courts :

Les commentaires ci-dessus s’appliquent généralement dans une moindre mesure. En effet, vol court signifie moins de bébés, de couches, de passage aux toilettes… Si vous êtes pressés, privilégiez une place le plus à l’avant possible. Et dans tous les cas fuyez l’arrière. A moins d’aimer les montagnes russes.

Maintenant que vous avez votre place, un petit mot sur les principaux items à prendre avec vous sous votre siège.

 

Bien s’équiper en avion :

Ne comptez pas sur la qualité de la marchandise dispensé par les compagnies aériennes. Avoir à portée de main les ustensiles suivants peut dramatiquement influencer la qualité de votre expérience :

–  Ecouteurs de qualité avec adaptateur : Pour regarder les films sans s’exploser les oreilles. Investissez  dans un adaptateur qui permettra de fixer votre casque/écouteurs sur une prise à deux fiches (seules les cabines les plus récentes ont des prises simples- ne me demandez pas pourquoi).

–   Boules Quiès : les compagnies n’en fournissent pas toujours, et rarement de bonne qualité.

–   Masque : si vous êtes sensible à la lumière, ce qui vient d’être mentionné ci-dessus s’applique également au masque de nuit.

–   Films/livres/séries sur tablette ou ordinateur portable : une fois de plus, la qualité de ce que propose la compagnie aérienne peut varier. De l’écran au contenu. Pour de très longs vols il semble de bon ton d’assurer ses arrières.

–   Une bouteille d’eau. Peut être achetée dans le terminal ou remplie à un robinet, si vous avez pris une bouteille vide dans votre bagage à main.

–   Un stylo : pour remplir les fiches de déclaration des douanes. Ça occupe et potentiellement vous fera gagner un temps précieux.

Voilà pour les essentiels! Dans la seconde partie de cet article nous tacherons de répondre à une question épineuse: faut-il se la coller en avion ?

Photo: business insider

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *