Top 5 cocktails à faire chez soi

Top 5 cocktails à faire chez soi

Toutes les circonstances ne sont pas propices à la dégustation d’un Bordeaux Grand Cru classé ou un Single Malt de seize ans d’âge, mais quels que soient la saison, le lieu et l’heure de la journée, vous pouvez être sûr qu’il existe un cocktail capable de vous mettre bien.

Les cinq recettes ci-dessous ont été sélectionnées pour leur potentiel avéré de bien mettance,  leur relative simplicité d’exécution et leurs variétés gustatives. Avec ce petit guide, plus besoin de dénicher le dernier bar en vogue pour se caler un verre savoureux.

Avant de révéler les recettes, clarifions un point important: non seulement il est souhaitable d’utiliser uniquement des  liqueurs et spiritueux de qualité, mais pour parfaire le résultat, une attention particulière portée sur les diluants et autres ingrédients non alcoolisés (comme la glace) sera bienvenue !

  1. LE BLOODY MARY

La boisson typique des brunch New Yorkais

Cet incontournable classique permet de débuter notre liste comme votre journée: avec panache. Contenant l’essentiel des vitamines, sels et minéraux dont vous avez besoin, le Bloody semble parfait pour accompagner un brunch ou petit déjeuner. Sans oublier la dose de vodka qui permet d’apaiser un mal de tête classique des « lendemains difficiles ».

Ingrédients: 

4 cl vodka premium (Stolichnaya, Russian Standard ou qualité supérieure)

2-3 tomates biologiques (ou hors saison: jus de tomate)

Tabasco

¼ citron vert

1 branche de céleri biologique

Sel de céleri

Poivre du moulin

Tomates cerises

Olives pimentées

Préparation:

Mixer deux à trois tomates et recueillir le jus. Goûter. Si les tomates sont trop fades, ajouter du jus de tomate en bouteille.

Dans un shaker (ou à défaut un verre de 25 cl): sur des glaçons, verser 4cl de vodka, 8cl de jus de tomate, et ¼ de citron vert pressé. Agiter. Verser dans le verre et ajouter: glaçons, 3-6 gouttes de tabasco (selon votre goût), une pincée de sel de céleri. Agiter. Placer la branche de céleri dans le verre, ainsi qu’un pique en bois sur lequel vous aurez empalé au préalable les olives pimentées et tomates cerises. Ajouter une pincée de grains de poivre moulu.

Dégustation:

De préférence lors d’un brunch ou le midi en apéritif. Egalement conseillé lors d’un voyage en avion.

En effet, la pressurisation de la cabine neutralise légèrement les papilles gustatives, ce qui rend les mets épicés plus appréciables. Ceci explique l’extrême popularité du jus de tomate en avion. Les compagnies aériennes en sont pleinement conscientes, et nombre d’entre elles proposent des quartiers de citron, du sel de céleri, du poivre voir, du tabasco pour accompagner la Vodka et le jus de tomate.

 

  1. LE DARK AND STORMY

darkand fever

De plus en plus populaire depuis l’avènement de la ginger beer, ce cocktail sucré et épicé présente de nombreux atouts qui en font un élément central de notre liste. Long, il se sirote par tout temps et toute heure. Le gingembre surprendra les non-initiés et remettra d’aplomb les personnes en perte de vitesse tout en fournissant l’énergie nécessaire à tout buveur respectable pour débuter une grosse soirée. Il existe plusieurs variations, la nôtre allie simplicité et efficacité:

Ingrédients:

4 Cl de rhum ambré Anejo

8 Cl de ginger beer « fever tree » (alternativement: Gosling’s ou Old Jamaica. A moins d’avoir l’immense chance de trouver de la Barritt’s ou Bruce Cost)

¼ citron vert pressé

Angostura bitter

Préparation:

Dans un verre de 20 Cl, verser une dose de rhum ambré. Presser ¼ de citron vert et ajouter 2 doses de ginger beer. Agiter brièvement. Ajouter trois à six gouttes d’angostura bitters. Ajouter des glaçons à votre convenance et agiter une dernière fois.

Possibilité de garnir avec une tranche de citron vert.

Variantes: remplacer le rhum type Anejo par un whiskey d’Écosse 6 ans d’âge (ou plus) ou un  bourbon correct (Marker’s Cask par exemple).

 

  1.  LE MINT JULEP

mint julep

Ce classique du sud des Etats-Unis vous fera oublier tous les cocktails « tropicaux » que vous avez pu déguster par forte chaleur.  Attention à ne pas se laisser surprendre, on a vite fait d’en redemander, jusqu’au moment où l’on réalise que l’on ne peut plus tenir debout…

 Ingrédients:

6 Cl de bourbon

½  citron vert

3-5 feuilles de menthe fraiche

Sucre roux de canne (1 cuillère à café ou selon convenance)

Préparation :

Dans un large verre, presser ½ citron vert. Le couper en quarts et placer les quartiers dans le verre. Ajouter une cuillère à café de sucre roux de canne et de la glace pilée (l’équivalent d’un glaçon).  Ecraser le tout au fond du verre pour extraire les saveurs de citron. Ajouter les feuilles de menthe et de la glace pilée (l’équivalent d’un second glaçon). Verser le bourbon. Remuer à la cuillère pendant quinze secondes. Remplir le verre à ras avec de la glace pilée et orner d’une ou deux feuilles de menthe fraîche.

 Dégustation :

La magie de ce cocktail provient de la glace qui fond lentement et vient adoucir une attaque en bouche initialement assez forte. Emblème de la boisson que l’on sirote à l’ombre d’un porche sur les rives du Mississippi, il sera particulièrement apprécié par beau temps et forte chaleur. Il est généralement servi dans un verre en métal qui permet à la chaleur de bien se propager, offrant à la fois un objet froid à tenir dans la main par forte chaleur et permettant à la glace de fondre uniformément. De la glace doit même se former sur le verre par condensation. Cependant, tout verre large de type « whiskey » fera l’affaire.

 

  1.  LA CAIPIRINHA

brazil-caipirinha

 Rares sont les boissons capables de résumer aussi bien un pays, une danse, une musique une culture et tout ce qui s’en suit. La Caipirinha possède cette vertu, parmi tant d’autres. Synonyme de soleil, samba et autres mots en S, elle vous fera voyager le long des plages de Rio jusqu’aux confins de l’Amérique du Sud. Après quelques gorgées,  vous commencerez à prier pour que le Brésil conquiert enfin le monde et érige cette boisson au rang d’institution.

Ingrédients :

 5 Cl de cachaça

½ citron vert

2 cuillères à café de sucre roux de canne

Préparation :

Dans un large verre type « old fashioned », verser deux cuillères à café de sucre roux en poudre et placer un demi citron vert coupé en quatre tranches. A l’aide d’un pilon (ou autre objet équivalent), broyer les tranches de citron avec le sucre. Ajouter deux à trois gros glaçons et verser les 5 cl de Cachaça. Remuer quinze secondes à l’aide d’une cuillère et servir.

La facilité de préparation de ce cocktail garantit une bien mettance à la portée de tous. A condition d’avoir sous la main une bouteille de Cachaça !

  1.  L’OLD FASHIONED

oldfash

On termine par une légende. Déconcertant de simplicité, redoutable par son caractère addictif, ce vieux routard ravira les amateurs de Bourbon et de saveurs amères. Conseillé par grand froid comme lors de nuits tropicales, il se dégustera idéalement dans une ambiance tamisée, le soir à l’apéritif ou après le repas.

 

Ingrédients:

4 cl de bourbon

½ cuillère à café de sucre roux de canne

Angostura bitters

Zeste d’orange

Préparation:

Dans un large verre (type Old Fashioned, d’où son nom !) placer le sucre roux en poudre avant de verser les gouttes d’Angostura jusqu’à ce que tout le sucre soit mouillé par la bitter. Ajouter 4 cl de bourbon. Agiter afin de diluer le sucre (dans la mesure du possible). Ajouter deux gros glaçons et agiter de nouveau à l’aide d’une cuillère pendant quinze à trente secondes. Décorer avec un zeste d’orange que vous pincerez au-dessus du verre pour en extraire une goutte d’huile d’orange.

L’équilibre entre sucre et bitter influencera grandement le résultat final, ajustez les proportions selon votre goût.

 Notes finales d’accompagnement:

La clé d’un cocktail réussi tient dans un mot : dilution. C’est la maitrise de ce procédé qui vous permettra de produire un verre digne d’un professionnel.

La dilution s’obtient exclusivement par l’utilisation de glace. Trop de dilution et vous aurez l’impression de boire de l’eau. Pas assez et vous obtenez une boisson imbuvable (avez-vous déjà essayé de boire une Margarita servie sec, sans glaçon ?).

La dilution s’effectue à l’aide de deux techniques : au shaker ou à la cuillère (d’où la fameuse tirade de James Bond). Le shaker est généralement utilisé pour les cocktails utilisant des jus de fruits, œufs ou boissons lactées afin d’aérer le mélange et de créer une certaine émulsion qui rendra le cocktail plus trouble d’aspect et savoureux de goût. A l’inverse, un cocktail ne comportant que des alcools et ingrédients translucides se doit d’être stirred (agité à la cuillère) ; de préférence dans un verre uniquement dédié à cet effet (différent du verre dans lequel vous servirez le cocktail).

En effet, un cocktail peut se servir sur des glaçons ou sec. Dans le premier cas, vous versez le mélange post dilution sur des glaçons préalablement placés dans le verre. Dans le second cas, vous verser dans un verre vide. Dans les deux cas, les glaçons utilisés pour la dilution finissent dans l’évier !

Au shaker : ajouter trois glaçons au mélange et secouer vigoureusement pendant dix secondes (ce qui est plus long qu’il n’y paraît). Servir ensuite la boisson en laissant les glaçons dans le shaker.

A la cuillère : Faite votre mélange suivant la recette dans un large verre de type old fashioned. Le remplir  au trois quart avec des glaçons. Remuer les glaçons en décrivant des cercles à l’aide d’une cuillère, dans le sens des aiguilles d’une montre (ou l’inverse, sérieusement !), pendant environ quinze secondes. Servir le cocktail dans le verre de destination en prenant soin de ne pas incorporer les glaçons ayant servi à la dilution.

Les cocktails de notre liste ne requièrent pas nécessairement de dilution, à l’exception du Old Fashioned et de la Caipirinha. Dans ces deux cas, elle s’effectue à la cuillère, et à moins d’être perfectionniste, on s’autorisera à la faire directement dans le verre, comme indiqué dans nos recettes.

stirring cocktails

Glace: astuce pour garantir une glace de qualité: utiliser de l’eau filtrée ou au goût le plus neutre possible. Conserver les glaçons dans un récipient hermétiquement fermé dans votre congélateur afin d’éviter que les arômes issus de la nourriture présente dans le compartiment contaminent la glace. Alternativement, utilisez votre congélateur uniquement pour faire des glaçons (question de priorité !).

Vous pouvez facilement obtenir de la glace pilée en cassant, à l’aide d’un marteau, des glaçons préalablement placés dans un sac plastique (indispensable pour le Mint Julep)

Citrons: Un citron vert bien mûr doit fournir environ 1cl de jus par quartier (ou entre une et deux cuillères à café). Si vos citrons verts ne rendent pas suffisamment de jus, augmentez les quantités indiquées dans nos recettes en conséquence.

Sucre de canne: une cuillère signifie remplie à ras.

Autres ingrédients : ne lésinez pas sur la qualité, et évitez de faire des substitutions. Un Dark n’stormy avec de la Ginger Ale en lieu et place de Ginger Beer aura goût de limonade. Idem pour un mojito ou le Sprite ferait office de sucre de canne et d’eau gazeuse. Et rien ne remplace la saveur d’une feuille de menthe fraiche, surtout pas du Get 27 !

Pour aller plus loin: en attendant d’autres articles sur le sujet, un excellent livre à la fois passionnant et didactique pour se familiariser avec l’univers fascinant des cocktails: Death & Co. Modern classic cocktails (en Anglais) de David Kaplan, Nick Fauchald et Alex Day.

 

Credits photos: LA Times / wikipedia / Se mettre bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *