New York sleep no more !

New York sleep no more !

Oubliez les comédies musicales de Broadway, si vous êtes de passage à New York, l’activité culturelle numéro une à planifier se nomme Sleep No More, une pièce de théâtre immersive qui vous transportera dans une nouvelle dimension !

Les gars du collectif PunchDrunk ont racheté en 2011 trois entrepôts désaffectés en plein cœur de Manhattan pour y établir le désormais incontournable McKittrick hotel, lieu où se déroule le spectacle interactif et ultra immersif Sleep No More. Une expérience renversante à bien des égards, qui vous plongera dans les années 1920 où se déroule une tragédie inspirée de Macbeth dans laquelle le public est invité à circuler librement. A vous d’explorer les cinq étages et dizaines de salles plus étranges les unes que les autres, stimulant vos sens avec leurs parfums, ambiances, musiques et décors travaillés jusqu’aux moindres détails. En ces lieux se produisent devant vous des scènes remarquablement bien jouées par des acteurs quasi silencieux que vous serez libres de suivre de salle en salle afin de tenter de recomposer l’histoire qui se déroule au milieu d’un public vêtu, comme vous, d’un étrange masque blanc. Passions déchirantes, nudité, drames, romances… Silence de rigueur et pléthore de mystères entourent cette expérience unique en son genre. Récit…


sleepnomore

Spoiler alert #1

Ce qui suit ne dévoile aucunement l’intrigue, mais donne quelques informations sur le déroulement de l’expérience et des conseils pour en profiter à fond. Si vous souhaitez conserver l’intégralité de la surprise, allez directement à la conclusion de cet article.

Une fois passé la porte d’entré de l’hôtel, les réceptionnistes vous aideront à déposer vos affaires au vestiaire dans une courtoisie et efficacité typiques des Etats-Unis. Vous serez ensuite invités à emprunter un couloir sombre et obscur qui aura le mérite de vous plonger directement dans une ambiance légèrement angoissante, clairement mystérieuse et ténébreuse. Pour finalement déboucher sur le Manderley, le bar de l’hôtel. Première surprise, premiers délices: des personnages habillés façon belle époque vous souhaitent la bienvenue et vous invitent à vous diriger vers le comptoir. Un magnifique piano trône au  milieu d’une scène où un crooner donne de la voix dans un splendide microphone d’époque. Des serveuses font la promotion de cocktails à l’absinthe, contribuant à l’ambiance résolument joyeuse. Certains  membres du public se laissent tenter, tandis que d’autres (des habitués, probablement) se positionnent près de l’entrée de l’ascenseur. Observer les new yorkai(e)s et leur style vestimentaire travaillé est une expérience plaisante en soi, et permet de patienter jusqu’à ce que le maître de cérémonie nous invite par petits groupes à pénétrer dans l’ascenseur, non sans nous avoir préalablement distribué un masque blanc de style vénitien. Une fois passée la porte, une actrice nous demande de revêtir les masques et nous explique les trois règles de base de l’hôtel:

  • Interdit d’ôter son masque, sous peine d’expulsion
  • Interdit de parler, ni de chuchoter. Les bavards seront gentiment dirigés vers le bar, seule pièce de l’hôtel où parler est autorisé (et recommandé)
  • Interdiction absolue de prendre des photos et d’utiliser son téléphone portable, sous peine d’expulsion immédiate !

Mis à part ces quelques restrictions, nous sommes encouragés à aller et venir comme bon nous semble, y compris dans le bar où les trois règles précédentes non nul cours. En plus de circuler librement, nous pouvons interagir avec les décors. Seul les acteurs (reconnaissables aisément par leur absence de masque) sont hors limite. Ils se peut qu’ils décident par contre d’interagir avec certains chanceux parmi nous.

Notre hôtesse, joyeuse et chaleureuse, nous adresse une dernière recommandation avant de nous laisser pénétrer dans l’hôtel: Sleep No More s’apprécie bien mieux en étant seul.

De masque vêtu et saisi d’une curieuse appréhension (le programme prévient que les participants peuvent expérimenter une certaine pression psychologique lors de l’aventure), notre groupe est ainsi séparé en sous groupes et lâché à différents étages de l’hôtel. L’exploration sensorielle commence…

dinersleepnomore

Petite pause pour donner quelques tuyaux afin de profiter au maximum du spectacle:

  1. Rester seul. Vous gagnerez en liberté de mouvement, vos sensations en seront décuplées et vous aurez bien plus de plaisir à retrouver vos compagnons pour tenter de reconstituer la trame de l’histoire à la fin de la représentation (autour d’un verre dans le bar de l’hôtel par exemple !).
  2. Il est impossible de tout voir en une seule fois. Les scènes (certaines du moins) se répètent deux fois lors des trois heures de spectacle. Néanmoins, du fait de la taille de l’hôtel et du nombre de personnages (une vingtaine) il serait vain d’essayer de tout capturer. D’où l’intérêt de se séparer de vos amis
  3. Il est possible de convenir d’une heure de rendez-vous dans le bar de l’hôtel pour faire le point avec vos amis et boire un cocktail ou verre de vin. Si vous décidez de choisir cette option, le mieux est de le faire à mi spectacle pour vous laisser une chance d’assister aux scènes manquées lors de votre premier tour. Néanmoins, les trois heures passant à toute vitesse, je vous recommande de vous concentrer sur ce qui se passe dans l’hôtel !
  4. Portez des vêtements légers. Il fait parfois très chaud et rarement très froid. Le vestiaire est obligatoire, ne venez pas trop chargé si possible afin d’économiser en frais de garderie.
  5. Portez des vêtements distinctifs si vous voulez pouvoir reconnaitre vos amis dans la pénombre ambiante. Un pantalon blanc, un haut rayé, ce genre d’accoutrement.
  6. Alternativement, habillez vous façon belle époque ! Vous serez dans le thème. Au minimum, chemise pour ces messieurs et robe pour les dames. Le public est généralement bien habillé.
  7. Chaussures confortables, vous allez beaucoup marcher, et potentiellement être un peu bousculés par les autres membres de l’audience qui se précipitent parfois à la suite des acteurs.
  8. Le prix de la place varie en fonction du jour de la semaine, de 130 dollars le samedi soir à “seulement” 80 en semaine (ce qui est, comparé à une comédie musicale de Broadway, peu cher payé !). Ne vous embêtez pas avec les options supplémentaires proposées (dîner, accès au rooftop bar) à moins que vous teniez absolument à rester dans l’ambiance toute la soirée.

Spoiler alert #2

Ce qui suit révèle une partie des éléments du décor et de l’intrigue, bien que je sois personnellement incapable de restituer l’histoire dans son intégralité (ni dans sa plus petite forme pour être parfaitement honnête). Si vous préférez conserver la surprise la plus complète, aller directement à la conclusion de cet article.

Une fois seul, je pénètre dans le salon de l’hôtel où certains indices laissés sur les tables suscitent ma curiosité.  La musique cultive le suspens et semble suggérer qu’un drame est sur le point de se jouer. Un acteur traverse la pièce en titubant, pose un verre sur le rebord de la cheminée, se cogne au mur avant de disparaître d’un pas déterminé. Un spectateur se précipite à sa suite. Je suis désormais seul, libre d’explorer l’étage à ma guise. Les décors fabuleux me font oublier rapidement que je suis dans une pièce de théâtre et la nécessité de m’approprier les lieux m’apparaît comme une priorité. Je croise parfois un autre être masqué, tombe sur un acteur désorienté qui se comporte de façon étrange, décide de continuer mon exploration. Après avoir visité deux des cinq étages et m’être retrouvé dans des pièces aussi diverses qu’une chambre pour enfant, une salle de bain, la salle de réception, le bar de l’hôtel et un cimetière … un mélange de sentiment étrange me parcourt L’impression d’impunité lorsque je passe derrière le bar, de voyeurisme en lisant la correspondance de deux personnages et en suivant un troisième dans son bureau de détective privé où je lis par dessus son épaule le message secret qu’il tape sur sa machine avant de le cacher dans le bec d’un corbeau empaillé… La soif de compréhension me submerge, je décide de suivre de plus près certains personnages et assiste à de plus longues scènes comme le rasage d’un gentleman par son valet. La pression monte lentement au son d’une musique hitchcockienne, provoquant une tension en crescendo alors que la lame de rasoir s’approche du cou du vieil homme… Plus tard, les personnages se rassemblent pour un bal, puis se dispersent me laissant devant un choix difficile: qui suivre ? Certains personnages féminins retournent dans leurs chambres tandis qu’ailleurs j’assiste à un meurtre tragique.

Après une courte escale au bar où un cocktail à l’absinthe m’aide à reprendre mes esprits, je replonge dans le vaste labyrinthe de l’hôtel pour assister à une succession de scènes où se mêlent mystères, passion et nudité. Elles créent une excitation perceptive à travers le public masqué et massé autour des acteurs qui tantôt s’enlacent, tantôt se menacent, se dévêtissent, dansent ou s’affrontent dans des chorégraphies magnifiquement exécutées…

Le mystère est omniprésent, que ce soit à travers les agissements des personnages, l’enchaînement des scènes et des histoires qui s’entremêlent ou les diverses énigmes qui jalonnent la représentation. Le final, dramatique et remarquable, me laisse un goût d’inachevé.

En sortant de l’hôtel, le retour à la réalité ressemble à un brusque réveil suivant un rêve éveillé. Alors que nous échangeons avec mes amis, la signification du titre Sleep No More m’apparaît comme une évidence. Comment parvenir à trouver le sommeil après pareille expérience ?

Conclusion

Bande son fantastique, chorégraphie à couper le souffle, personnages haut en couleurs, décors ultra réalistes… Sleep No More est une aventure qui se vit plus qu’elle ne se décrit. Une expérience sensorielle, psychologique et savoureuse unique en son genre qui laissera des souvenirs et impressions impérissables. Alors, quelque soient votre budget et temps disponible, osez pousser les portes de l’hôtel McKittrick.

Le moins d’attente et d’appréhension vous aurez et plus grande et délicieuse sera la surprise. Venir préparé permet de profiter plus amplement des trois heures de divertissement, mais limite l’effet de surprise. Amenez des amis sans leur donner  trop de détails et savourez avec eux les quelques heures qui suivront la sortie de l’hôtel. La bien mettance et la perte (momentanée) de sommeil font partie des symptômes inhérents à la visite de Sleep No More !

sleepnomore public

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *